lundi 19 mars 2018



Clic et Cloc sont en librairie depuis le 15 mars. Bonjour Petit ! aussi !




L'idée de Clic et Cloc remonte à quelques années. L'univers graphique, calé depuis le départ, était évident : travailler le végétal à la plume et à l'encre de Chine. Clic est arrivé. Du coup j'ai pensé à Cloc. Le jeu autour des sons/rimes pouvait commencer. J'avais donc mon duo, restait à lui trouver une histoire. Souvenirs personnels de cour de récré ou de voyages en solo... m'est venue l'envie de parler de la précieuse force d'avoir un truc à soi, qu'on chérit seul et qui nous anime sans l'aide de personne. Qui rend libre du coup.
J'ai pas mal ramé autour du texte. Le message était tellement répété ou appuyé qu'il en devenait insupportable. J'ai tout mis de côté puis, deux ou trois ans plus tard, sur un coup de tête (un coup de bleu dans les projets en cours), j'ai repris l'histoire.
J'ai alors compris que plus on écrit, plus on a des facilités pour écrire, et donc plus confiance, et aussi plus envie et alors plus d'idées et surtout plus de fluidité : bref, écrire un peu chaque jour rend efficace, c'est de l'investissement sur du long terme.
Ensuite, Laurence Faron et Elise Courtois des éditions Talents Hauts ont tiré le projet vers le haut : affinage (épurage !) du texte, calage des petites chansons du duo. Alice Nussbaum l'a rendu plus beau.
Voilà l'histoire de Clic et Cloc !









Petit !, lui, est arrivé comme par magie. Enfin non.
Le temps passé à écrire cette histoire est complètement disproportionné rapport aux caractères comptabilisés à la fin : 773.
Le temps passé à gribouiller/chercher mon singe est carrément indécent vu le temps nécessaire ensuite à la réalisation de l'album entier : dix jours.
Moralité : écrire pour les tout petits, c'est atroce et dur. Passer des heures à faire vivre son personnage, à l'essayer dans mille postures ou effets graphiques rend le passage à l'acte évident : oui j'étais quasi en transe avec mon pinceau. Une transe dans la durée avec Sophie Corvaisier des éditions Frimousse, j'aime bien travailler dans l'élan en confiance.
Bref, Bonjour Petit ! est un album-carton pour les tout petits petits qui parle (en gros) du regard que chacun.e porte sur soi et de la non-évidence de savoir qui nous sommes en vrai.
ps : comme j'aime bien ce Petit, j'essaie de lui trouver une autre histoire mais rien ne fonctionne et ça m'éneeerve.
ps : je m'éneeerve mais je sais que, même lorsque je n'écris pas pour Petit, je travaille l'air de rien pour lui.







(Je parlerai une prochaine fois de l'insatisfaction chronique à chaque sortie de bouquin ou comment il faut apprendre à faire le deuil du bouquin-absolument-parfait qui n'existe que dans nos rêves - en tous cas les miens.)


mercredi 10 janvier 2018



M E N U
(sans formule, pour plus de souplesse)
D E S  P R O C H A I N S  M O I S








lundi 11 septembre 2017






Deuxième lundi de la rentrée et je pense à Benjamin. Personnage de mon premier roman et livre-chouchou : Le préau des z'héros (paru aux éditions Alice Jeunesse).
Grâce à lui, j'ai rencontré des centaines de lecteurs avec à chaque fois des échanges précieux et des confidences soufflées. D'autres rencontres sont d'ailleurs prévues en 2018.

Alors, bonne rentrée p'tit bonhomme, t'inquiète les autres c'est rien que des gamins qui font caca comme toi. Petit rappel : Benjamin c'est ton (joli) prénom, t'es sympa cool sensible intelligent drôle et parfois aussi tout son contraire : normal quoi ! T'as plein de trucs à faire à jouer à vivre à aventurer cette année alors, cette Tête-de-Hareng, tu la laisses dans les cervelles minus des autres et même si parfois ça saute pas tout de suite aux yeux : la récré est remplie de garçons et de filles qui vont t'adorer.