mardi 27 mai 2014



Benjamin (Tête-de-Hareng) par Benjamin Le Vrai


Je ne sais pas du tout comment commencer ce message. Mais je sais aussi que j'ai envie de l'écrire. Et bien. Du coup je n'arrête pas d'effacer les mots à peine tapés tellement ils ne sont pas à la hauteur de ce que j'ai vécu à Pau la semaine dernière.
Et comme j'en ai marre de "chichiter", je me lance en vrac et en brut (parce que là-bas c'était comme ça après tout) :

- un café avec vue sur le tarmac et puis un jus de tomate avec vue sur la France
- accueillie comme une princesse (des bulots) par Cécile Chartre
- (qui est comme ses bouquins, c'est dire combien elle vaut le coup)
- (le pied quand même d'avoir l'ornitho à mes côtés !)
- et puis par toute l'équipe des bibliothécaires de l'agglomération de Pau (hello Vélo-Dégonflé-Girl !)
- un burger béarnais face aux Pyrénées
- et des lettres de lecteurs dégustées dans un lit avec ma fidèle tablette choco-orange
- des rencontres avec des dizaines et des dizaines d'enfants
- des réalisations plastiques à couper le souffle et la voix autour du Préau mais aussi des autres livres sélectionnés
- aucune photo à cause de mon téléphone pourri
- le trac de parler avec un micro (un deux un deux... hum oui bonjour, je suis touchée/ravie, mais j'ai perdu l'habitude de parler, je vais m'embrouiller M'EMBROUILLER)
- le stress de répondre à côté
- les larmes et les rires jamais très loin
- des enfants aux questions intéressantes, pertinentes, déstabilisantes
- aux regards qui confirment ma voie
- aux remarques qui touchent en plein coeur ou qui laissent muette (comment mais comment BIEN répondre à ça ?)
- des instit' impliqués, UNE instit' que j'entends encore ici à Paris
- mon carnet que je remplis le soir au calme pour garder au maximum tous ces échanges
- un mail qui m'apprend que c'est Monsieur Kipu qui obtient le prix Tam Tam, une pointe de déception et hop pas le temps de m'apitoyer (mais quand même on se prend au jeu !)
- un comédien, David de la compagnie Toutdroitjusqu'auMatin, qui amène Tête-de-Hareng si haut si loin, un texte (le mien) que je redécouvre avec joie et émotion (même que je me dis wouah ce texte est beau ! attention à la grosse tête qui se pointe, je note)
- des larmes que je ne peux retenir (mais quelle éponge mollasse...)
- un prix LE PRIX GRAINES DE LECTEURS DE PAU 2014, un bon de 600 euros dans une agence de voyage, la cerise sur la montagne !
- le retour en avion avec l'envie d'écrire LÀ TOUT DE SUITE MAINTENANT
- le rer, un accident de voyageur qui stoppe le trafic, et un titre qui arrive La vérité selon Clin Tiswoud
- les lettres que je relis avec mon infusion nuit calme

MERCI À TOUS POUR CES DEUX JOURS QUI EN VALENT 100
MERCI À VOUS LES LECTEURS POUR ME DONNER CES AILES


badge remis en personne par Maëlig

8 commentaires:

Lisa a dit…

C'EST BEAU.

Anne Loyer a dit…

La régalade !! rebravo Estelle !

Sardine a dit…

J'te kiffe, grosse éponge mollasse !
Et tout ça, c'est parce que tu le vaux bien, tiens <3

estelle* a dit…

sardine :j'ai dit GROSSE ?!...
anne : pas encore lu I comme Iris, mais ça ne saurait tarder !
lisa : THANX

Séverine Vidal a dit…

rhooo trop trop chouette cette liste de bonheurs

J'ai rencontré un instit / auteur qui a eu (pour de vrai) un Clinis dans sa classe.
Quand il a demandé aux parents pourquoi ce si joli prénom : "Ben, quoi ? vous connaissez pas Clinis Wood ?"

bisous Stel

Anonyme a dit…

Merci pour toutes les réponses que tu nous a données. On a adoré ton livre ainsi que ton mot sur le blog.Nous avons hâtes de découvrir tes autres livres.

CM2 P et M Curie PAU (classe de M.TUCOU)

estelle* a dit…

Sev : Clinis ? mais oui bien sûr évidemment ! kiss you

les élèves de CM2 de P.M Curie de Pau : enfin ce blog devient intéressant !!! merci pour votre message ici et à bientôt peut-être, j'espère (je file écrire, vous m'en donnez envie !)

Ingrid a dit…

Et comme tu le mérites !!