mardi 4 décembre 2012


M O N T R E U I L



C'était : 

- "non je vais pas à l'inauguration, et puis si, et puis merde, et puis si"
- un livre - acheté par une bonne étoile - ostensiblement exhibé comme un pass-buffet, refilé de main en main pour avoir une coupe (livre à 15 euros = 10 coupes de champ' + des petits fours + un gamin content à Noël)
- des gens bien habillés mais sans sourire (parfois), des gens mal habillés mais sans sourire aussi (souvent), des gens habillés avec le sourire et les yeux qui pétillent
- 5 "bonjour Monsieur"
- plein de cafés
- des moments de solitude et des moments de frénésie, "à quoi bon ?", "wouahhh j'ai une super idée !", "oh que c'est beau là-bas", "bof bof bof, à quoi ça sert ?", parfois en même temps
- des textos qui arrivent de partout (t'es où ? sur le salon j'ai rdv à 16H, je trouve pas le stand H16 !!!), la joie de courir de pote en pro
- des pauses sur des stands amis 
- des gens qui vous bousculent et qu'on bouscule aussi "pas l'temps, pas l'temps"
- des sanitaires bondés
- un rdv tout en bas qui dure 3 secondes et qui reste 3 heures dans ma tête
- un rdv tout en haut qui promet grave et qui est encore dans ma tête
- des potes-collègues côtoyés virtuellement au quotidien, des potes-collègues croisés sur des salons avec les souvenirs en commun (des bières, des rires, des piscines, des hallucinations), des gens que j'admire, des gens qui m'aiment bien, des gens qui m'intimident, des gens que je ne veux pas voir
- un resto libanais 
- des photos "euh non, celle-là tu la gardes pas" "en noir et blanc c'est mieux" "tain, c'est vrai, j'ai plus de cheveux" "si on disait qu'on était en train de s'emballer"
- des pulls et des manteaux qu'on met, qu'on défait, qu'on remet, qu'on redéfait à en perdre la tête, une pochette remplis de dessins qu'on pose et qu'on oublie et qu'on retrouve
- un sac lourd de 1000 trucs (un déo, catalogues donnés, pris de bon coeur, à contrecoeur, des badges, des cartes, des mandarines acides, une banane écrasée, une bouteille d'eau vide, un pass tout au fond, des touillettes, une trousse remplie mais pas le bon feutre)
- 11 cartes de visite données de bon coeur, à contrecoeur etc etc
- le métro
- un bain chaud

ET SURTOUT L'ENVIE DE CONTINUER



Vidage de sac post Montreuil

10 commentaires:

Sardine a dit…

Ouech.
Exactement comme ça.

Séverine Vidal a dit…

waouh joli
vous écrivez madame Spagn' ?

cieloysol a dit…

Réclamation, mam'zelle Estelle : à ce vidage de sac qui fait envie, manque l'odeur de la banane écrasée :-)

mel a dit…

c'est ça Montreuil ;)
Bises relaxantes (un ch'ti lexomil M'zlle ? J'dois en avoir au fond d'ma boîte ^^)

Anne-Gaëlle Balpe a dit…

Les boules, j'ai loupé tes cartes de visite.

Anonyme a dit…

Monsieur... Pffff...
Zut, pareil, même pas vu tes belles cartes, et même pas ton beau book. Allez, on refait Montreuil ! :D
Sophie/zen

Gwendoulash a dit…

C'est officiel, Benoite Jacotte t'as assuré comme un requin.

estelle* a dit…

Gwen : HA HA HA HA !
Sophie : ouais hein pfff, ça faisait longtemps... pour le book, de toute façon, c'était juste une misérable pochette remplie de dessins en vrac et à l'arrache !
Mimo : trop occupée à boire du rouge !
Mel : Un bain, des bons bouquins, et hop, de nouveau au taquet !
Janine : tu ne laisses rien passer !
Sev : you're so cool
sardine : on t'a appelée Monsieur ???

// a dit…

nan mais c nul on s'est raté!!bouh on t'attendais avec Karim!
bisous bisous

// a dit…

attendait bouhhh ;)