mardi 10 mai 2011


C'est l'histoire d'une truie.




C'est l'histoire d'une fille qui travaille chez elle.

Elle dessine toute la journée, parfois écrit. C'est son métier. N'ayons pas peur des mots, elle a quand même publié trois livres et fait deux cartes de voeux pour des entreprises économiquement valables.

Financièrement c'est pas le top. Avant c'était mieux, quand elle faisait autre chose. Mais c'est le prix de sa liberté. Et puis, les chaussures rouges en friperie c'est pas si cher, et puis y'a easyjet, qui rend les lubies quand même plus faciles.


Elle aime ses journées. Mais se dit que papoter autour d'un café le matin avec des collègues, ce ne serait pas de refus. Et médire aussi. Ca irait bien avec le café.


Elle ne sait jamais vraiment où caler la douche, et si elle n'attendait pas de courrier, elle pourrait rester aisément en mode streetwear de nuit le jour.


Quand elle commence à s'auto-plaindre, ou à s'énerver sur des détails graphiques de pacotille, l'alarme du bon sens se fait entendre. Après tout, ses responsabilités ne sont pas grandes. Elle dessine, c'est tout. Point d'autres vies engagées là-dedans. Son métier est léger.


Son seul véritable problème : c'est la pause déjeuner.

Parfois, SOUVENT, même faire un sandwich est une épreuve trop grande.


Alors elle attend, à sa table de travail. Elle repousse.

Forcément, sa concentration est en baisse et elle peut même envoyer des mails désagréables. Pendant des minutes ou des heures.


Et puis, BOUM, ça tombe. Elle ne peut plus attendre : MANGER MANGER MANGER devient sa seule obsession.

Elle se rue alors dans la cuisine, et d'un seul mouvement engouffre tout ce qui se trouve à portée de bouche. Peu importe ce qui finit en elle, il faut juste se remplir.


Comme une truie.


Enfin, la rage passée, le visage encore maculé de miettes ou de sauce, elle se fait un café.

Qu'elle verse dans une si jolie tasse.

Et déguste délicatement un carré de chocolat.

Comme si de rien n'était.

Comme si elle acceptait cet animal en elle.


La truie, c'est son secret.

Personne, le soir venu, ne le connaît.



Aucun commentaire: